La fille qui cherchait des alternatives acceptables au suicide collectif en période de confination

 

Avec la confination le confinement et tout ça, quand même j’ai le droit de dire qu’on se fait un peu chier dans notre maison de la campagne bretonne.

Comme on a même pas la fibre mais seulement l’ADSL de la campagne, j’arrive plus trop à regarder « Mindhunters » ni « Ozark » sur Netflix, rapport à tous les confinés qui utilisent l’internet en même temps que moi et qui font qu’avec le nombre de pixels à l’écran, tu ne peux pas affirmer que tu es devant « Strangers Things » vu que ça pourrait tout aussi bien être une rediffusion de « Marie Pervenche ».

Ce manque de Netflix génère beaucoup de frustration à l’intérieur de moi, et du coup forcément ça fait des histoires.

 

Loutre, ça l’énerve beaucoup de me voir tourner en rond entre deux réunions Skype de télétravail (je branche jamais ma caméra à cause du débit tout pourri, ça me donne une excuse pour jouer à Candy Crush pendant que les autres parlent de versions bêta en XML) (moi non plus je comprends pas trop ce qu’est une version bêta en XML).

– Mais enfin, fais QUELQUE CHOSE, n’importe quoi !
–  …
– T’as qu’à sortir dans le jardin, regarde comme il fait beau !
– …
– Ouvre un BOUQUIN.
– Je peux pas, j’ai plus rien à lire.
– Tu plaisantes ? Pioche dans mon stock, entre Malraux, Zola et John Updike tu devrais trouver ton bonheur.
– Ah … CES bouquins …
– Ca va j’ai compris.
– …
– ARRÊTE DE FAIRE LES CENT PAS, BORDEL.

J’ai voulu essayer de regarder un peu la télévision, alors je me suis assise avec Phlegmon devant un truc éducatif sur une chaine publique (les chaines publiques essaient de remplacer madame Le Graec et monsieur Tubulure, qui sont les professeurs principaux de Phlegmon, mais ça fonctionne moyen-moyen parce que c’est difficile de se gratter les testicules en aspirant de l’air entre ses dents tout en disant « stylommatophore » quand on est une chaine publique, alors que monsieur Tubulure il y a arrive super bien).

La chaine publique, elle diffusait un programme avec des petites vidéos très mignonnes où des abeilles allaient butiner des fleurs trop jolies dans un paysage trop enchanteur tellement il était bucolique.

– Ah c’est une rediffusion de Maya l’Abeille ?
– Nan, un cours de SVT.
–  Bah je me disais bien que c’était pas assez mal dessiné pour être une rediffusion de Maya l’Abeille.
– C’est un truc sur la reproduction. Les abeilles, le pollen, les fleurs.
– Et ça te parle ?
– Ca manque clairement de bite et ça vaut pas Youporn.

Après ça j’ai voulu essayer d’aller dans le jardin pour faire plaisir à Loutre. Et comme je voulais faire semblant de m’intéresser à la santé de Phlegmon, je lui ait dit qu’elle devait sortir aussi, pour avaler de l’air pur avec seulement 78% de glyphosate dedans.

Dans notre jardin, ça sentait l’herbe fraîchement coupée, les fleurs du printemps et aussi un peu la merde, à cause du lisier que le Claude avait versé bien partout sur son maïs qui était mort à cause de la canicule et des inondations.

– Tu vois Phelgmon, la Nature c’est sacré. C’est quelque chose de magnifique et de très grand, qu’il ne faut jamais endommager.
– Même les araignées et les guêpes ?
– Même les araignées et les guêpes, qui ont toute leur place et qui ont un rôle bien précis dans l’équilibre global de la biosphère.
– Même les frelons ?
– Même les frelons, qui ont aussi leur place et leur rôle.
– Même le frelon qui est juste à côté de toi ?
– Où ç…..AAAAAAAH PUTAIN DE TA MÈRE SALOPE !!!
– Oui, juste là. Il ta piquée ?
– OH PUTAIN D’ENCULÉ DE SA RACE !!!
– Ça fait mal ?
– JE VAIS LE FUMER CE BATARD ! JE VAIS EN FAIRE UN PIN’S ! Je vais BRÛLER tout leur nid de MERDE et j’éventrerai leurs grands-parents avec mes DENTS !
– Mais c’est pas un peu en contradiction avec l’équilibre de la biosphère et tout ça ?
– AAAAAAH PUTAIN ÇA FAIT MAL ! Je vais MOURIR ! Je vais GONFLER ! Appelle le SAMU !
– Je peux rentrer pour regarder Youporn ?

Quand Loutre a eu fini se gondoler en chantant le générique de « La Chèvre » et que j’ai cassé le nouveau robot qui tond la pelouse tout seul pour bien montrer que j’étais un peu contrariée, je savais toujours pas quoi faire de ma journée.

J’ai fini par allumer ma Playstation (Loutre a hurlé « AH HAAAAA JE LE SAVAIS QUE T’ALLAIS FAIRE UN TRUC DE MONGOLIENNE ») et j’ai essayé de me connecter pour jouer en ligne avec des obsédés sexuels pré-pubères.

J’ai quand même réussi à lancer « Call of Duty World War 2 », mais quand je suis arrivée sur le serveur, j’ai été un peu étonnée parce que d’habitude, les pseudonymes des joueurs c’est toujours des noms qui rappellent la virilité, avec beaucoup de testostérone dedans (rapport au fait que les garçons qui jouent en ligne ont souvent des tout petits zizis et sont généralement puceaux jusqu’à trente ans). Mais là c’était bizarre parce que ça disait « Raymond35150 » ou « Henriette35500 ».

J’ai mis mon casque (Loutre a commencé à chanter le générique de « La maison de Mickey ») et je suis entrée dans une partie, et là j’ai entendu les gens qui s’énervaient très fort.

– Ah mais NON, Raymond, NON ! Pour dégoupiller une grenade tu dois appuyer sur « R2 » ! Et puis arrête de les balancer sur MOI, les grenades ! Je te dis qu’on fait équipe !
– « AMI, ENTENDS-TU, LES CRIS SOURDS DU PAYS QU’ON ENCHAINE ? »
– Raymond, de diou ! GRENADES, vite!
– C’est pas un peu fini vot’ bazar ? C’est le pont, qu’il faut faire sauter !
– Ah c’est sûr que toi tu t’y connais, en matière de sauterie, Lucienne, hein ?
– PARDON ?
– Mais on le sait tous, que t’as couché avec les Boches ! Même mon cousin Ewenn le savait, me dis pas que t’es devenue chauve en 45 par l’opération du Saint-Esprit !
– « OHE PARTISANS, OUVRIERS ET PAYSANS, C’EST L’ALARME »
– Raymond, tais-toi !
– Et ta soeur, où qu’elle le trouvait, le beurre salé qu’elle vendait entre 42 et 44, Jean-Louis ? Hein ? Où qu’elle le trouvait ?
– PLANQUEZ-VOUS, V’LA LES FRITZ !

Moi en fait, j’avais oublié que dans ma campagne, il y a beaucoup de personnes qui avaient déjà 40 ans en mai 68 et qui trouvaient à l’époque qu’Antoine et Cohn Bendit, c’était des pédés de gauchistes.

Vers 18h on a entendu des sirènes qui passaient très vite sur la route Janzé-Vitré, et Loutre a eu un peu peur.

– J’espère que c’est pas un inconscient de cycliste qui s’est pris une bagnole…
– Nan, j’ai dit, c’est Raymond qui a fait un infarctus à Boistrudan et Jean-Louis qui a roulé avec son tracteur sur Lucienne à Saint-Germain du Pinel.
– Comment tu sais ça ?
– « CE SOIR, L’ENNEMI CONNAITRA LE PRIX DU SANG ET DES LARMES ».

Catégories : Développement personnel et recherche du bonheur (c'est ça...) | Étiquettes : , , , , | 3 Commentaires

Navigation des articles

3 réflexions sur “La fille qui cherchait des alternatives acceptables au suicide collectif en période de confination

  1. Planchard

    J’abonne Olivier car il est comme moi, il kiffe quand tu écris ! Tu vas pas m’taper ou me virer hein ? Mais bon il a les cheveux longs alors … ça compte pas pour de faux hein ?

Répondre à La Chose Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :