Développement personnel et recherche du bonheur (c’est ça…)

La fille qui s’accrochait au pinceau parce que monsieur Loïc allait retirer l’échelle

Parce qu’une blogueuse influente se doit impérativement de passer à Question Maison, qui est une émission pour les gens riches qui ont du mal à choisir entre piscine modulaire en teck et SPA en marbre de Carrare (alors que D&CO, c’est une émission pour les gens pauvres qui hésitent entre les stickers « tête de tigre » et le carrelage imitation bois flotté de chez Bricorama)

Je ne sais pas si tu as remarqué, mais je viens de refaire la déco de mon blog.
C’est rapport au nouveau salon qu’on est en train de construire à la place de la buanderie – chaufferie – débarras – toilettes pour Eva Braun, dans notre vraie maison à nous.
On s’est dit, comme ça, que ce serait trop bien d’avoir une grande salle au rez-de-chaussée, avec des canapés très confortables et des lumières tamisées comme dans la camionette de la mère Soizig, qui est une dame très sympa qui travaille seulement le soir, au bord de la route pas très bien goudronnée qui va vers la déchetterie et l’élevage de porcs de monsieur Le Flo’ch. Loutre essaye de me convaincre que la mère Soizig vend des pleurotes dans son camion (entre vingt-et-une heure et six heures du matin, dans une camionette décorée avec les silhouettes des Drôles de Dames mais sans les vêtements), mais je sais pas, j’ai des doutes. La suite, merde!

Catégories : Développement personnel et recherche du bonheur (c'est ça...) | Étiquettes : , , , , , | 13 Commentaires

La fille qui aurait pu faire de la réclame pour une eau minérale, tellement sa vie elle est saine

Parce qu’une blogueuse populaire et glam’ aime partager avec la plèbe les trucs et astuces qui lui ont permis de s’élever au-dessus de la masse et de faire des cacas qui sentent bon.

L’autre soir on avait une copine à dîner. Elle s’appelle Camille, elle est très sympathique mais elle habite à Paris, alors forcément on la voit pas très souvent.
Camille, elle a trente ans, elle s’habille au Comptoir des Cotonniers et aussi aux puces de Montreuil, elle fait semblant de se coiffer n’importe comment et c’est très joli, même si du coup elle ressemble beaucoup à Zaz (alors forcément quand elle sonne à la porte on fait bien attention que personne ne puisse nous voir la laisser entrer dans notre maison).
Camille adore venir en Armorique parce que l’air et les gens sont sains (c’est elle qui le dit, pas moi, et c’est sûrement parce qu’elle n’est jamais allée Rue de la Soif ou dans l’arrière-salle de l’Amicale de l’Andouille de Guéméné). Elle s’extasie toujours sur l’espace, le rythme, la qualité de la vie et aussi celle des petits objets traditionnels en bois qu’elle chine dans les boutiques du coin (je sais pas si elle fait semblant de pas voir le tampon made in China ou si elle croit sincèrement que ce sont des vrais sabots utilisés pour traire les vaches fabriqués par la mère Poullaouen à Locmariaquer, peut-être qu’elle a juste trop regardé les publicités pour Tipiak).

La suite, merde!

Catégories : Développement personnel et recherche du bonheur (c'est ça...), La vie de famille, qui donne des ulcères et provoque de l'eczéma | Étiquettes : , , , , , | 35 Commentaires

La fille qui n’écrivait pas de billet aujourd’hui

D’habitude, sur mon blog, je mets une image au début du billet.
En temps normal, j’ai passé une plombe sur l’image en question avec Photoshop, histoire de la transformer un petit peu et de faire passer les braves ménagères américaines des années cinquante pour des titulaires du CAP coiffure, des putes de luxe ou des lectrices de Be (ah zut, redondance avec « titulaires du CAP coiffure »).
Ce qui est chouette avec l’image d’aujourd’hui, c’est que j’ai pas de retouche à faire.
Je te la livre donc telle quelle, dans l’état où je l’ai trouvée, qui est aussi l’état dans lequel on l’a affichée en 1943.
Du coup je m’en vais à Paris, boire du champagne et écouter de la merde mixée par un disk-jockey coiffé comme Dave.
Et n’oublie pas: Captain America n’aurait  jamais pu vaincre Hitler à lui tout seul avec une bléno carabinée, sauf à coucher avec les Boches.

Catégories : Développement personnel et recherche du bonheur (c'est ça...) | Étiquettes : , , , , , | 22 Commentaires

La fille qui avait adopté la doublure de Rocco Siffredi

La connasse au chien. Du grand art.

Parce qu’une blogueuse à chromosome XX se doit d’avoir un animal de compagnie dont la taille et le quotient intellectuel seront inversement proportionnels à son nombre de visiteuses quotidiennes.

Comme je te l’ai déjà expliqué, à la maison, on a un chien.
A la base, c’est un chien qui a un pédigrée, ça veut dire que quand tu le présentes à quelqu’un, ça te prend quinze minutes (j’ai connu un chat qui avait aussi un pédigrée, il s’appelait Vinicky de Béckévick du Taillay d’Armentières, ça donnait direct envie de le bourrer de coups de poings et de pendre sa propriétaire avec le cordon de son vibromasseur). Mon chien, donc, il a un nom à rallonge avec un affixe. Un affixe, c’est comme un préfixe ou un suffixe, c’est un truc grammatical chiant dont tout le monde a oublié la signification, mais qui te donne l’air de sortir de Louis Legrand  avec mention Très Bien et qui te permet de faire croire que tu as lu l’intégrale des Rougon-Macquart deux fois.
Comme on voulait pas trop s’embêter, on a baptisé notre chien Ted Bundy, rapport au fait qu’il est très séduisant et qu’il utilise ses charmes pour trahir la confiance qu’on a mise à l’intérieur de lui.
la suite, merde!

Catégories : Développement personnel et recherche du bonheur (c'est ça...) | Étiquettes : , , , , , , | 36 Commentaires

La fille qui chevauchait Bill Murray dans le soleil couchant

Je me doute bien qu’au vu de titre de mon billet, je vais attirer sur cette page tout ce qu’Internet compte de malades mentaux qui auront demandé à Google de leur trouver « Coucher avec Bill Murray », « Bill Murray sors-moi ton gros tuyau à fantômes » ou « Me faire prendre comme une bête par le Maître des Clés » (celle-là tu ne peux pas la comprendre si tu n’as pas vu le film).
Tu m’en vois navrée et donc, subséquemment, je corrige le tir tout de suite en te précisant que mon billet ne parlera pas des saletés qu’on peut faire avec un acteur célèbre mais plutôt des saletés qu’on peut faire avec un animal de six cent kilos puissamment doté par Mère Nature (ceci étant dit, je suis convaincue que tous les pervers qui ont atterri sur ce blog par erreur viennent subitement de quitter la page). La suite, merde!

Catégories : Développement personnel et recherche du bonheur (c'est ça...) | Étiquettes : , , , , , , | 18 Commentaires

Propulsé par WordPress.com.